Opérateurs alternatifs : une situation autant délicate que complexe

Publié le 14 avril 2017 à 19h35

Pierre-Yves C.

Pas de commentaire

Il est parfois aisé d’oublier qu'en France, il y a plus que les quatre opérateurs dominants que sont Orange, l’opérateur historique, SFR, Bouygues Télécom et Free. Et pourtant, ces petits opérateurs, aussi appelés opérateurs alternatifs, sont bien là, et ils ont des exigences.

La place des opérateurs alternatifs sur le marché

Le rôle initial des opérateurs alternatifs et de maintenir une concurrence réelle. Ils proposent pour cela des tarifs plus réduits, mais sont contraints de louer les lignes des opérateurs principaux. Ils financent donc la mise en place, l’expansion et l’entretien des différents réseaux en place. Par exemple, La Poste Mobile fonctionne en utilisant le réseau de SFR, opérateur à qui elle loue à cette fin le réseau.

Les petits opérateurs sont également nommés les opérateurs virtuels, ou MVNO (Mobile Virtual Network Operator), l’aspect virtuel venant du fait que justement, ils n’ont pas d’équipement qui leur est propre. L’un de ces opérateurs les plus célèbres, qui est aujourd’hui devenu un opérateur majeur et non plus un MVNO, est Free. Ce dernier a pu percer en proposer des tarifs très bas qui ont rencontré un succès indéniable aujourd’hui. Face à ce succès, les opérateurs principaux ont d'ailleurs tous lancé leur gamme de de forfaits sans engagement à petit prix.

Opérateurs

Les quatre opérateurs majeurs de France : dans l'ordre, Orange, Bouygues Telecom, Free Mobile, SFR.

Les petits opérateurs se rebellent contre Orange

Cela fait un long moment déjà que les petits opérateurs demandent à l’opérateur historique français des télécoms un meilleur accès à ses infrastructures de la fibre optique, sans succès. Ce réseau qui permet des débits de 100 Mbits/s sont naturellement convoités, puisque les plus rapides et les plus stables.

Si les petits opérateurs ont pu s’installer dans les campagnes, avec les Réseaux d’Initiative Publique, l’affaire est tout autre dans les grandes villes. Ainsi, les opérateurs devant financer ici eux-mêmes leurs infrastructures, impossible pour les petits opérateurs de s’implanter réellement, d’où le recours massif aux infrastructures des plus gros opérateurs.

Les MVNO demandent donc une forme de dégroupage afin de pouvoir proposer une plus grande concurrence. Ils se sont réunis sous la forme de l’association Alternative Telecom qui regroupe La Poste, Adista, Coriolis Telecom ou encore Nerim. Parmi les divers opérateurs alternatifs, vous pouvez retrouver les forfaits de La Poste, Prixtel et NRJ Mobile.

80 articles publiés

Pierre-Yves Coulbeaux

Pierre-Yves Coulbeaux

Rédacteur web, Pierre-Yves saura nous donner les informations les plus exclusives à propos des opérateurs, ainsi que les dernières offres à ne pas manquer.

Donnez votre opinion : commentez !