Phising ou smishing : les fraudes frappent les abonnés de Free mobile

Publié le 18 décembre 2019 à 10h35

Bruno D.

Pas de commentaire

De plus en plus répandu dans le monde de la téléphonie mobile, le problème du phising ou du smishing n'a pas fini de contrarier les utilisateurs. Cette technique est connue sous le nom de “hameçonnage”. Elle se perfectionne rapidement et se détecte de plus en plus difficilement. C'est au tour de Free mobile d'en faire les frais, via une nouvelle version de SMS frauduleux.

Fraudeurs téléphoniques : ils se font passer pour votre opérateur

Tout commence par un mail (phising) ou SMS (smishing) d'apparence officielle de Free mobile, Orange, Bouygues Telecom ou encore SFR. Ces hameçonnages pirates ont pour but de rassembler les données bancaires des utilisateurs. Redirigé grâce à des liens basiques sur des sites frauduleux et non-officiels mais parfaitement plagiés, le client n'y voit alors que du feu.

Problème de ligne, facture impayée, ou à l'inverse remboursement de l'opérateur vers le consommateur; toutes les excuses sont bonnes pour attraper les clients dans un filet de plus en plus large. Ces temps-ci, c'est Free mobile qui devient la nouvelle cible privilégiée de ces pirates téléphoniques. Une nouvelle vague de SMS frauduleux se répand à toute vitesse parmi les utilisateurs. Ce smishing demande aux abonnés de régler leur facture sous peine de voir leur ligne suspendue,

Une arnaque téléphonique qui peut coûter cher

Pour éviter ce genre d'acte malveillant et repérer les messages frauduleux, plusieurs solutions existent. Premièrement, il est conseillé de vérifier la fiabilité de l'adresse grâce au site officiel de l'opérateur. Deuxièmement, l’utilisateur peut contacter directement son opérateur avant de rentrer ses coordonnées bancaires. Cela permet d'avoir confirmation que l'opération vient bien de chez eux.

Attention au smishing, la nouvelle mode frauduleuse

Personne n'est à l'abri des piratages bancaires

La meilleure solution reste toutefois de ne surtout pas cliquer sur un lien étranger. Si ce lien vous demande des coordonnées bancaires, il faudra toujours contacter d'abord l'organisme ou l'institution en question. Communiquer des informations personnel en ligne reste risqué, sous peine de voir son argent s'envoler en un clique.

Victimes de faux opérateur : actions et solutions

Si malheureusement le phising ou le smishing a réussi son coup, tout n'est pas perdu. Il est tout d'abord possible de faire rapidement opposition afin de bloquer sa carte bleue. Il faudra pour cela contacter au plus vite sa banque et échapper ainsi à des débits automatiques. Attention toutefois : il s’agit de réagir rapidement. Les arnaqueurs ont tendance à se servir le plus vite possible sur les comptes bancaires des victimes avant que tout ne soit bloqué.

Ensuite, les assurances entrent en jeu. Mettre en lumière ces arnaques est chose facile pour les banques. Il sera donc possible, au minimum, de se faire rembourser la somme dérobée. Au maximum, les usagers pourront créer un dossier contre cette fraude afin de porter plainte.

Enfin, l'action pouvant avoir le plus d'impact sera de rapporter cette expérience, avec si possible des captures d'écran à l'appui, sur le site officiel anti-phising. Ainsi les autres consommateurs pourront être au courant de ces arnaques et s'en méfier. Toutes ces tentatives de hameçonnages seront alors répertoriées et utilisées contre les fraudeurs.

19 articles publiés

Bruno Defrance

Bruno Defrance

Donnez votre opinion : commentez !