Quand Orange, SFR, Bouygues et Free investissent vastement, l’Etat taxe trop

Publié le 4 février 2020 à 4h39

Bruno D.

Pas de commentaire

Les quatre piliers de la téléphonie mobile mettent les petits plats dans les grands pour conserver leur statut d'opérateurs principaux. Investir devient la seule option pour garder sa place. Pourtant, l'opération reste risquée pour Orange, Bouygues Telecom, Free mobile et SFR. Ils doivent forcément mettre deux fois la main au portefeuille, et pour des sommes conséquentes.

Impôt et investissement : les opérateurs téléphonique contribuent à l'économie française

Les quatre opérateurs principaux ne lésinent pas sur les moyens pour rester les maîtres du marché téléphonique. Leurs investissements en infrastructures sur le territoire français ne font qu'augmenter. Sur ces cinq dernières années, Orange, SFR, Bouygues et Free ont déboursé 43,2 milliards d'euros pour étendre pleinement leurs réseaux et produits.

Si le calcul porte sur ce que les quatre géants investissent annuellement, la somme s'élève 8,6 milliards d'euros. Des chiffres astronomiques qui représentent la plus forte valeur en terme d'infrastructures ajoutées en France. Aucune autre société privée ni aucun organisme n'investit autant à l'année, ce qui place les Orange, Bouygues, Free mobile et SFR en tête du marché français.

Les quatre grands opérateurs mobiles déboursent plus que tous les autres secteurs dans leurs impôts annuels.

Une différence flagrante entre ce que paient les uns et ce que paient les autres

Ces placements s'accompagnent cependant d'un inconvénient plutôt conséquent pour les quatre grands opérateurs. Le niveau d'imposition augmente disproportionnellement au niveau d'investissement. Les sommes réclamées par l’État français ne sont pas raccords avec les plans de développement des géants téléphoniques. En comparaison, l'impôt établi pour les opérateurs est vingt-cinq fois supérieur à celui imposé aux grands groupes internet.

L'augmentation des forfaits élève également le coût des impôts

Entre 2017 et 2018, Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Telecom mettaient tous les moyens à leur disposition pour baisser régulièrement leurs tarifs sur les forfaits. Être le réseau mobile le plus attractif, telle était leur ambition. Avec des impôts toujours plus conséquents et des investissements certes lucratifs mais tout de même coûteux, les opérateurs n'ont plus d'autre choix que de renverser la vapeur.

Une baisse d'impôts permettraient à Orange, SFR et compagnie de ne pas augmenter leurs tarifs.

SFR, Orange, Free Mobile et Bouygues Telecom continueront-ils à investir si les impôts flambent ?

Cela explique les augmentations désormais fréquentes des offres téléphoniques en cette année 2019. Sous couvert de promotions ou de cadeaux exceptionnels, des options débloquées ou améliorées sur les forfaits s'accompagnent toujours d'une hausse de quelques euros sur la facture mensuelle liée à la téléphonie.

L’État en demande trop aux entreprises téléphoniques qui améliorent la condition du réseau mobile français. Ceci impacte alors directement le portefeuille des consommateurs français. Les investissements des entreprises de télécommunications vont continuer dans les années à venir afin de préparer le terrain au réseau 5G. Il faudra donc rester vigilant quant aux nouvelles augmentations sur les offres des opérateurs téléphoniques.

19 articles publiés

Bruno Defrance

Bruno Defrance

Donnez votre opinion : commentez !