SFR disparaîtra officiellement de la cote le 9 octobre au profit d’Altice

Publié le 27 septembre 2017 à 10h00

Nesrine M.

Pas de commentaire

L’offre publique de retrait de SFR est ouverte à compter du jeudi 21 septembre, jusqu’au 4 octobre prochain. Le retrait obligatoire de ses actions aura lieu le 9 octobre. Mardi 19 septembre, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a en effet déclaré conforme cette offre de retrait. C’est une victoire pour Patrick Drahi, patron d’Altice qui attend ce moment depuis plus de trois ans.

Altice détient déjà plus de 95% de SFR

Dans son avis d’acceptation de l’offre de retrait de SFR, l’AMF donne quelques chiffres. Elle précise qu’Altice détient 425 303 577 actions SFR, soit 95,87% du capital et 95,85% des droits de vote du groupe de télécoms français. Le même avis précise que la holding de Patrick Drahi s'est engagée à acquérir les actions restantes. Ces actions sont au prix unitaire de 34,50 euros.

Le communiqué d’Altice à ce sujet précise que :

Préalablement à l’ouverture de l’offre, l’AMF publiera un avis d’ouverture et de calendrier de l’offre et Euronext Paris publiera un avis annonçant le calendrier et les principales caractéristiques de l’offre ainsi que les conditions de mise en œuvre du retrait obligatoire, et notamment sa date de prise d’effet.

SFR est une marque du groupe Altice

Patrick Drahi peut enfin souffler

Il aura fallu plus de trois ans au patron d’Altice pour parvenir à ce résultat. En 2014, Vivendi a cédé 60% de ses parts de SFR à Altice-Numéricable. Ce n’était alors qu’une première étape pour Patrick Drahi. Ce dernier affichait clairement sa volonté de prendre le contrôle total de l’entreprise de télécoms. Un an plus tard, Altice récupère les parts restantes de Vivendi, contrôlant donc 78% de SFR. Ce n’est pas assez pour Patrick Drahi. Celui-ci dépose alors un projet d’Offre Publique d’Échange (OPE) pour le rachat en titres Altice du capital restant de SFR. L'objectif étant ainsi acquérir à minima 95% du groupe de télécoms. Le but final était alors de retirer SFR de la Bourse.

Il aura cependant fallu attendre un an supplémentaire pour y arriver car l’AMF s’est fermement opposé à l’OPE le 4 octobre 2016.  Selon LeMonde, L’OPE devait permettre à Altice d’utiliser plus facilement la trésorerie de SFR et d’éviter de partager les dividendes exceptionnels. L’AMF explique ce refus par la remise en cause du projet de mise en place d’une « rémunération du modèle Altice auprès de SFR Group et des principales filiales opérationnelles ». En clair, Altice prévoyait en effet de se servir de SFR pour se désendetter.

Patrick Drahi, le patron d'Altice n'a pas reculé face au veto de l'AMF

Le patron d'Altice n'avait tout de même pas dit son dernier mot. Pendant l’année écoulée, Drahi a donc négocié des accords d’échange et a réussi à s’approprier 80 millions de titre, atteignant ainsi les 95% de contrôle de SFR qu’il s’était fixés. Malgré l'intervention de l'AMF, le 9 octobre prochain, SFR sera donc la propriété d'Altice à 100%.

À voir aussi : SFR a perdu son directeur général

43 articles publiés

Nesrine Medjeber

Nesrine Medjeber

Nesrine ne rate aucune actualité et s'efforce de vous proposer des informations utiles, notamment des classements, des tops et également des actualités sur les opérateurs. ---> Contacter Nesrine

Donnez votre opinion : commentez !