L’accès à la télévision selon l’Arcep : l’Internet à très haut débit dynamite la TNT

Publié le 6 août 2018 à 9h55

Bastien N.

Pas de commentaire

L'Arcep vient de publier un document de bilan en préalable à son analyse annuelle du marché des télécoms. Ce document acte du déclin de la TNT au profit des réseaux très haut débit. Les Français continuent de regarder la télévision, mais utilisent les canaux d'Internet pour accéder aux images. Il s'agit clairement d'une annonce pour favoriser les nouvelles technologies aux dépends des anciennes.

La TNT recule face à l'extension des offres triple play

La TNT, la Télévision Numérique Terrestre permettait, en traduisant les signaux analogiques en numérique, de réduire les fréquences hertziennes utilisées, tout en gagnant en qualité d'image et en réduisant les coûts d'exploitation et de production. La simplification du signal en code binaire permettait aussi un bond de productivité. Toutefois, la TNT est à son tour concurrencée par un canal plus efficace encore, le très haut débit Internet. Celui-ci inclut la fibre optique, mais pas seulement. La transmission de données à très haut débit peut aussi passer par l'ADSL, par satellite ou simplement par la 4G.

Antenne TNT, concurrencée par Internet

À terme, les antennes TNT devraient disparaître au profit de l'Internet.

Selon le rapport de l'Arcep, les usagers regardent de plus en plus la télévision via internet plutôt que par les réseaux hertziens traditionnels. C'est ce qu'on appelle l'IPTV, la télévision sur IP ou encore, l'OTT, pour over the top. Cette pratique s'est largement répandue à la faveur des offres des opérateurs. Les offres triple play proposent en effet un forfait incluant Internet, le téléphone et la télévision. Avec leur popularité, l'IPTV finit par dépasser la télévision par TNT. La tendance ne fait que s'accentuer à mesure que s'étend le réseau de l'Internet très haut débit. Elle annonce à terme la fin de la TNT.

Les fréquences de la TNT devraient prochainement céder la place à la 5G

Le rapport publié par l'Arcep arrive à propos. Sébastien Soriano a donné, simultanément à la publication du rapport, un entretien au journal Les échos. Bien que le président de l'organe régulateur des Télécoms en France ne l'avoue pas aussi directement, il s'agit de libérer des fréquences hertziennes pour laisser la place à la 5G. Toutefois, plus pondéré, Soriano préfère parler de souplesse et de mix technologique. Il pointe cependant le coût induit par le développement et l'entretien de ce double réseau et y avoue finalement explicitement que le basculement des fréquences de la TNT au haut débit est inéluctable. C'est ce qui s'est produit aux États-Unis.

Infographie TNT - Internet

Infographie de l'Arcep sur l'évolution croisée de la TNT et de l'Internet pour regarder la TV.

Sébastien Soriano veut donner “plus de pouvoir” aux opérateurs concernant la diffusion de la télévision

La qualité de la production audiovisuelle sera vraisemblablement affectée par ce basculement. Comme le rappelle Sébastien Soriano, la TNT reposait sur un accord entre les chaînes de télévision et l'État qui était favorable aux deux partis. L'État cédait gracieusement l'usage des fréquences aux chaînes, et en échange celles-ci s'engageaient en faveur de la production audiovisuelle française. Aux yeux de Sebastien Soriano, le modèle s'épuise.

Si l'État a toujours la main sur la distribution des fréquences nécessaires à la 4G et à la 5G, il n'a qu'une influence indirecte sur les réseaux des opérateurs. L'installation de la fibre optique est entièrement privatisée. Le changement de propriété des infrastructures de diffusion devrait donc à terme influencer la production des programmes télévisuels français. Ils pourraient répondre à un cahier des charges négocié avec les opérateurs plutôt qu'avec l'État.

30 articles publiés

Bastien Noel

Bastien Noel

Bastien rédige des actualités sur tous les sujets pour ne vous faire manquer aucune des nouvelles essentielles.

Donnez votre opinion : commentez !