Séparation des activités européennes et américaines pour Altice : c’est fait !

Publié le 20 juin 2018 à 9h24

Thomas T.

Pas de commentaire

En début d'année, Altice, maison-mère de SFR, annonçait la volonté de séparer ses activités américaines et européennes. La raison évoquée : un besoin de plus de transparence, réclamée par les actionnaires. Cela permettra également au groupe d'accentuer son développement aux États-Unis, où ses résultats sont bien meilleurs que sur le vieux continent.

Une décision prise dans l'urgence, fin 2017

Novembre 2017, Michel Combes, PDG de la filiale SFR, démissionne de ses fonctions. Cela fait suite aux mauvais résultats du trimestre, se traduisant par une chute du titre Altice à la bourse d'Amsterdam. L'action avait alors, au pire de la crise, diminué de 50%. Une restructuration profonde a été amorcée à ce moment-là par Patrick Drahi, PDG du groupe. L'objectif affiché est clairement de séparer les activités américaines des activités européennes. Patrick Drahi conservera ainsi la présidence du conseil d'administration de chacune des deux antennes.

Une séparation finalisée tout récemment par la maison-mère de l'opérateur SFR

Vendredi 8 juin, Altice a annoncé avoir terminé la division du groupe de médias et télécoms. Concrètement, la séparation s'est terminée par la distribution des actions Altice USA aux actionnaires de la société mère, Altice NV. Altice NV s'en voit d'ailleurs renommée Altice Europe. Ce sont donc 250 millions d'actions de classe A, et le même nombre d'actions de classe B qui ont été distribuées auprès des actionnaires du groupe. Patrick Drahi reste cependant actionnaire majoritaire de Altice USA.

Patrick Drahi actionnaire majoritaire Altice USA maison mère SFR

Patrick Drahi, le fondateur d'Altice, la maison-mère de SFR, restera actionnaire majoritaire d'Altice USA.

Il faut savoir que les résultats du groupe sont bien meilleurs aux États-Unis qu'en France, bien qu'une amélioration se fasse sentir pour début 2018. Cette scission, qui a pour conséquence de séparer les intérêts américains, lui permettra de surcroît d'assumer ses ambitions beaucoup plus grandes dans le pays d'Oncle Sam. Enfin, cette nouvelle organisation du groupe lui autorisera la répartition de ses dettes, s'élevant à plus de 50 milliards d'euros, entre les deux antennes.

10 articles publiés

Thomas Triponney

Thomas Triponney

Thomas, passionné de la culture internet et de technologie, vous retransmet au quotidien l'actualité mobile : smartphones, forfaits, stratégies, etc.

Donnez votre opinion : commentez !